Panier (vide) 0

Accueil

Marques

Expédiée le jour même

Livraison express domicile ou point relais

Offre de bienvenue dès 75€ sur le site

Nouveautés

Toutes les nouveautés

En promo

Tous les produits en promotion

Meilleures ventes

Toutes les meilleures ventes

Satisfaction clients

Famille des pyrèthrinoïdes



Généralité sur les pyréthrinoïdes

Analogue synthétique des pyréthrines naturelles mais présentant une meilleure stabilité à la lumière, elles exercent une activité toxique sur les poux, mites et autres arthropodes en perturbant le transport du sodium dans les membranes des cellules nerveuses tout en étant peu toxique chez les mammifères.

Des études allemandes ont mis en évidence des intoxications aiguës et certains effets chroniques après utilisation de sprays domestiques à base de pyréthrinoïdes.

Contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes, l'utilisation de pesticide contenant des pyrèthrinoïdes n'est pas sans conséquence. Sans être aussi dangereux que le très connu DDT, ces produits sont à utiliser avec modération. Chez Penn'Ty Bio, nous vous recommandons bien évidemment de vous abstenir d'utiliser ce type de substances et de privilégier des actifs naturels issus du règne végétal. Notre catalogue d'insecticides et de répulsifs est basé sur cette approche.

Afin que vous les connaissiez mieux, nous vous présentons ci-dessous les catégories principales représentant la famille des pyréthrinoïdes, des substances actives synthétiques.



La cyperméthrine

La Cyperméthrine est un pyréthrinoïde photostable à large spectre d’activité, présentant une persistance d’action prolongée. Cette substance est efficace même à faible concentration. Pour toutes ces raisons, la Cyperméthrine a été très largement utilisée à travers le monde pour la protection d’une grande variété de cultures (céréales , coton, café, etc.)

Cette substance est listée sur l’article 95 du règlement biocide dans la catégorie « Insecticide » (TP18).

Propriétés physico-chimiques : La Cyperméthrine est constituée de huit isomères : 4 cis et 4 trans dont les premiers sont les plus actifs. la Cyperméthrine est disponible dans les ratio cis/trans 40/60.
Aspect : substance liquide très visqueuse à température ambiante, de couleur jaune ambré à brun.
Teneur : 92 % mini.

Mode d’action : La Cyperméthrine est utilisée pour de nombreuses applications, aussi bien sur insectes volants que sur insectes rampants, et tant en aérosol qu’en solutions à pulvériser. Agissant par contact et par ingestion, elle est efficace contre une grande variété d’insectes : Mouches domestiques, mouches à viande et autres diptères, moustiques, guêpes, frelons, Blattes, poux, puces, perce-oreilles, fourmis, coléoptères, larves de lépidoptères, aphides, insectes xylophages, etc.

Usage : Les principaux usages sont les suivants : – en hygiène publique, pour la lutte contre les blattes, etc… et le contrôle de longue durée des mouches et moustiques, – en usages domestiques (aérosols à action résiduelle contre insectes rampants : blattes, punaises, poisson d’argent, etc.), – en usages industriels, pour la préservation du bois ainsi que pour la protection d’autres matériaux.

  • Toxicité aiguë (classement OMS): "modérément dangereux" pour l'homme en cas d'accident
  • Effets chroniques :
    • Des désordres cérébraux et de la locomotion, de la polyneuropathie, une diminution de l'immunité ont été constatés chez l'homme après intoxication aiguë.
    • Cancérigène possible pour l'homme selon l'Agence de Protection de l'Environnement américaine (EPA), effets immunotoxiques chez l'animal de laboratoire.
    • Effets sur le système reproducteur et sur le développement mis en évidence chez l'animal de laboratoire.
    • Perturbation du système hormonal mis en évidence chez l'animal de laboratoire et au niveau de la faune sauvage.
  • Interactions : La cyperméthrine voit sa dégradation dans l'organisme contrecarrée par la présence de pesticides de la famille des organophosphorés et du pipéronyl butoxide.
  • Sensibilités particulières : Les enfants seraient plus sensibles à la cyperméthrine que les adultes, à même dose par kilo de poids corporel
  • Persistance : Persiste environ 3 mois dans l'air et sur les surfaces après traitement professionnel des locaux
    Le lavage en machine comme le nettoyage à sec n'éliminent qu'une partie des résidus sur les textiles.
  • Ecotoxicité :
    • Très toxique pour les poissons dans lesquels la cyperméthrine se bio-concentre ainsi que pour les arthropodes aquatiques
    • Toxique pour les abeilles et autres insectes utiles ainsi que pour les araignées.



La cyfluthrine

  • Toxicité aiguë (classement OMS): "modérément dangereux" pour l'homme en cas d'accident
  • Effets chroniques :
    • Neurotoxique chez l'animal après intoxication aiguë mais également après exposition chronique à de faibles doses.
    • N'a pas été complètement évalué par l'EPA pour son éventuel potentiel cancérigène.
    • Effets sur le développement mis en évidence chez l'animal de laboratoire.
    • Perturbation du système hormonal mis en évidence par test de laboratoire.
  • Interactions : La cyfluthrine voit sa dégradation dans l'organisme contrecarrée par la présence de pesticides de la famille des organophosphorés et du pipéronyl butoxide.
  • Persistance : Persiste au moins 3 jours sur le plancher d'une chambre traitée (aucune mesure faite après 3 jours).
    Le lavage en machine comme le nettoyage à sec n'éliminent qu'une partie des résidus sur les textiles.
  • Ecotoxicité : Très toxique pour les poissons, toxique pour les abeilles.



La perméthrine

La Perméthrine est un pyréthrinoïde photostable de première génération, utilisé pendant de très nombreuses années en agriculture pour la protection du coton ainsi que des céréales.

De part ses caractéristiques très intéressantes (efficacité, faible toxicité, bonne stabilité à la lumière et à la chaleur, etc.) la Perméthrine demeure l’un des pyréthrinoïdes parmi les plus utilisés à des usages non-phytosanitaires.
Cette substance est listée sur l’article 95 du règlement biocide dans la catégorie « Insecticide » (TP18).

Propriétés physico-chimiques :
La Perméthrine est constituée d’un mélange d’isomères : cis et  trans dont les premiers  sont les plus actifs. Au stade commercial c’est la Perméthrine de ratio cis/trans 25/75 qui a été préférée, en raison de sa moindre toxicité.
Aspect : substance semi-cristallisée à température ambiante, de couleur jaune ambré à brun.
Teneur : ≥ 93 %

Mode d’action :
La Perméthrine est un insecticide qui agit par contact et par ingestion ; comme tous les pyréthrinoïdes il est  actif au niveau du système nerveux en perturbant la conduction de l’influx nerveux le long des axones.

Usage :
Ainsi, grâce à un large spectre d’activité sur les insectes, une bonne persistance d’action, un profil toxicologique favorable vis-à-vis des humains et des animaux à sang chaud, la Perméthrine 25/75  est aujourd’hui encore largement utilisée et appréciée pour de nombreux usages :

- en santé publique (contre les parasites tels que les poux, lentes, tiques,etc., et contre les vecteurs d’endémies tels que les moustiques). L’O.M.S recommande son utilisation pour la fabrication des moustiquaires imprégnées
- usages domestiques (aérosols anti-mouches, anti-cafards, anti-guêpes … pulvérisateur barrière-insectes, etc.)
- en hygiène publique, pour la lutte contre les blattes, les puces,  etc… et le contrôle de longue durée des mouches et moustiques

  • Toxicité aiguë (classement OMS): "modérément dangereux" pour l'homme en cas d'accident
  • Effets chroniques :
    • Des désordres cérébraux et de la locomotion, de la polyneuropathie, une diminution de l'immunité ont été constatés chez l'homme après intoxication aiguë.
    • Cancérigène possible pour l'homme selon l'EPA et l'Agence internationale de Recherche sur le Cancer (IARC).
    • Effets immunotoxiques chez l'animal de laboratoire.
    • Effets sur le développement des embryons mis en évidence chez l'animal de laboratoire.
    • Effets sur le système reproducteur mis en évidence chez l'animal de laboratoire.
    • Perturbation du système hormonal mis en évidence chez l'animal de laboratoire et au niveau de la faune sauvage.
  • Interactions : La perméthrine voit sa dégradation dans l'organisme contrecarrée par la présence de pesticides de la famille des organophosphorés et du pipéronyl butoxide.
  • Persistance : Des études montrent que la perméthrine se retrouve, grâce à la circulation de la poussière dans la maison, sur toutes les surfaces (y compris celles de la cuisine) en des concentrations significatives encore 2 ans après l'application initiale sur un plancher.
  • Sensibilités particulières : Les enfants seraient plus sensibles à la perméthrine que les adultes, à même dose par kilo de poids corporel.
  • Ecotoxicité :
    • Très toxique pour les poissons et les insectes aquatiques dans lesquels la perméthrine se bioconcentre. Certains Crustacés aquatiques y sont également très sensibles.
    • Très toxique pour les abeilles et de nombreux autres arthropodes utiles.



La phénothrine

  • Toxicité aiguë (classement OMS) : probabilité très faible qu'elle présente un danger aïgu pour l'homme.
  • Effets chroniques : Perturbation du système hormonal mis en évidence par test de laboratoire.
  • Interactions : La phénothrine voit sa dégradation dans l'organisme contrecarrée par la présence de pesticides de la famille des organophosphorés et du pipéronyl butoxide.



La D-Tétraméthrine

La D-Tétraméthrine est un pyréthrinoïde à large spectre d’activité sur insectes.

Cette substance est listée sur l’article 95 du règlement biocide dans la catégorie « Insecticide » (TP18).

Mode d’action :
C’est un agent d’abattement très puissant (effet de choc) agissant par contact. Il est efficace sur la plupart des insectes volants et rampants, en particulier mouches, guêpes, cafards …

Usage :
La D-Tétraméthrine est  largement utilisée pour la fabrication d’aérosols et de produits liquides, concentrés ou prêts à l’emploi. Seule ou en association avec un autre insecticide à effet «de mortalité», comme la Perméthrine,  la Deltaméthrine, etc.
L’adjonction du synergiste Pipéronyl Butoxyde, permet d’en potentialiser l’activité (c’est-à-dire d’en augmenter l’efficacité biologique), tout en  permettant de réaliser des économies significatives sur le coût de revient de la formulation.

  • Toxicité aiguë (classement OMS) : probabilité très faible qu'elle présente un danger aïgu pour l'homme.
  • Effets chroniques : Cancérigène possible pour l'homme selon l'Agence de Protection de l'Environnement américaine (EPA).
  • Interactions : La tétraméthrine voit sa dégradation dans l'organisme contrecarrée par la présence de pesticides de la famille des organophosphorés et du pipéronyl butoxide.
  • Ecotoxicité :
    • Extrêmement toxique pour les poissons ainsi que pour les arthropodes aquatiques.
    • Toxique pour les abeilles et autres insectes utiles ainsi que pour les araignées.
    • Peu toxique pour les oiseaux.

La deltaméthrine

La Deltaméthrine est commercialisée sous forme de concentré liquide pour formulation d’insecticides à usages industriels et ménagers. Cette substance est très active y compris à de très faible concentration.

Cette substance est listée sur l’article 95 du règlement biocide dans la catégorie « Insecticide » (TP18). 

Composition :
Deltaméthrine : 100 g/l.
Solvants : qsp 1 litre

Mode d’action :
La Deltaméthrine est un pyréthrinoïde polyvalent très puissant, qui agit par contact et par ingestion. Il est efficace sur la plupart des insectes volants et rampants (moustiques, mouches, blattes, puces, punaises, insectes des grains et du bois, termites, …). C’est un insecticide photostable, résiduel , qui permet une protection durable contre les parasites.

Usages :
La Deltaméthrine est très largement utilisée dans une variété de formulations : concentrés insecticides ou produits prêts à l’emploi, tels que liquides à usages domestiques ou professionnels, solutions pour aérosols, lutte contre les vecteurs de maladie (chikungugnya, dengue hémorragique, moustiques (produits de démoustication en traitement spatial), etc.