Panier  

Aucun produit

0,00 € Total

Panier Commander

Tous nos dossiers thématiques

Livre d'Or


Marques

L'histoire de l'aromathérapie

L'histoire de L'aromathérapie

 

 

Découverte de l'aromathérapie

gate La véritable naissance de l'aromathérapie est à mettre au crédit du chimiste Gattefossé en 1928. C'est en travaillant sur les parfums que M R.Gatefossé redécouvrit, suite à un accident, les vertus de l'huile essentielle.

Plongeant par réflexe sa main brûlée lors d'une explosion dans le premier liquide à proximité, il nota une guérison rapide et sans infection. Ce liquide n'était autre que de l'huile essentielle de lavande. Il inventa le terme Aromathérapie et étudia donc de manière plus approfondie les propriétés de ces huiles.

 

 

Les prémices de l'aromathérapie

Connues depuis l'antiquité, les huiles essentielles sont utilisées en médecine, en parfumerie, en cosmétique et pour l'aromatisation culinaire. Elles font partie de notre quotidien sans que nous le sachions.

Les propriétés bénéfiques des essences de plantes sont connues depuis bien longtemps : des papyrus égyptiens, datant de 2800 ans, parlent d'huiles fines et de parfums de choix. Dans les temples, on brûlait de l'encens à la gloire des Dieux. Il y a 4000 ans, à Babylone, on brûlait du cyprès pour lutter contre les épidémies. Et déjà, les premières dynasties chinoises apprenaient les propriétés de très nombreuses plantes. La distillation serait née en perse 1000 ans avant notre ère. La phytothérapie, science de l'usage des plantes dans la médecine, est commune à toutes les civilisations.

 

 

Du Parfum à l'aromathérapie

prehistoire L'origine des parfums remonterait à la préhistoire où déjà les hommes brûlaient des bois odoriférants, pratique encore utilisée de nos jours par certaines peuplades.
L'utilisation des parfums est connue depuis l'antiquité. On en trouve des traces bien sûr en Egypte où les prêtresses faisaient brûler de l'encens pour purifier l'esprit, mais aussi en Mésopotamie où on découvrit l'ancêtre de l'alambic.

De tous temps le parfum a été utilisé pour honorer les dieux où embaumer les morts, il servirait, suivant d'anciennes croyances, de véhicule astral qui permettrait de gagner le pays des Dieux.

Les romains, connus pour leurs bains, utilisaient déjà les huiles essentielles, aussi bien en tant que parfum, que pour soulager les douleurs. L'empereur Néron et la reine Cléopâtre avait tous deux une préférence pour l'huile essentielle de Rose, l'un pour soulager ses migraines et l'autre pour augmenter ses charmes !
Après des siècles d'utilisation, le parfum connaîtra son apogée dans les années 1600 où le clergé et la médecine demandent la fermeture des bains publics, provoquant ainsi une augmentation énorme de la consommation de parfum.

Actuellement, pour des raisons de profits, rares sont les parfums qui contiennent encore des essences de plantes, la plupart sont entièrement synthétiques !

 

 

De la phytothérapie à l'aromathérapie

boutique Au fil des époques, tantôt on a exploité les vertus médicinales des plantes et des extraits de plantes (pour embaumer les momies, désinfecter les plaies, ...), tantôt on en a exploité les effluves et la saveur (pour parfumer son bain, parfumer son corps, parfumer les vins, ...)

Les populations se sont ainsi soignées pendant des siècles par les plantes de manière empirique, guidées par la tradition et les coutumes. Les remèdes de "bonne femme" (femme signifiant ici réputation) ont prévalu.

 

 

L'aromathérapie et notre siècle

thym Le développement de la médecine allopathique (par opposition à homéopathique) a marginalisé le recours aux techniques médicales naturelles. On notera cependant que ces dernières suscitent aujourd'hui un regain d'intérêt, notamment face aux maladies psychosomatiques (pathologies d'origine psychique). Ces dernières sont difficiles à soigner. On observe alors une sur médication tout aussi désastreuse biologiquement qu'économiquement.

Les médecines naturelles (dont l'aromathérapie), sans vouloir pour autant se substituer à la médecine allopathique, ont ici un atout considérable. Outre les propriétés thérapeutiquesintrinsèques des produits, cette médecine naturelle est aussi une manière de retrouver un certain bien-être et d'adopter un comportement et une consommation propices à une bonne santé. Et pour ce faire, rien ne vaut la prévention.

 

 

La recherche et l'aromathérapie

distillation Pendant plus d'un siècle, scientifiques et médecins travailleront sur les nombreuses propriétés des huiles essentielles et contribueront à faire accepter l'aromathérapie et à l'intégrer à la tradition médicale française.

On sait maintenant, grâce à l'évolution de la technologie, que les propriétés des huiles essentielles proviennent des nombreux composants biochimiques ou chémotype qui les compose.
Les composants des huiles essentielles peuvent être séparés en groupes chimiques distincts, chacun ayant ses caractéristiques propres : Terpènes, Phénols, Aldéhydes, Cétones, Acides, Esters, Lactones.
Le thym qui est une des plantes pourvues des plus nombreuses propriétés est composé de deux phénols (Thymol et carvacrol), de terpènes (terpinène, cyméne), d'alcools (bornéol, linalol,..), etc.

La tâche de la recherche est complexe, certains végétaux contiennent plusieurs centaines de constituants, le café en recense au moins 608 ! Mais cette démarche scientifique ne doit pas faire oublier les bases traditionnelles et populaires des soins par les plantes.

On ne peut parler d'aromathérapie sans évoquer le Dr Jean Valnet, qui par ses écrits, ses conférences, ses observations cliniques,.. contribuera à prouver que les huiles essentielles ont leurs places dans notre société de surconsommation de médicaments.